ORBIS TERRAE    |     home
                                                  
ECOLOGIE: actualité
Centrale nucléaire de Mühleberg: l'IFSN accepte le déclin de la sécurité
Greenpeace: Communiqué de presse          27 janvier 2015
Dans la prise de position annoncée ce matin, l'Inspection fédérale de la sécurité nucléaire (IFSN) accepte les mesures présentées par BKW SA pour la prolongation de l'activité à la centrale de Mühleberg. Les améliorations demandées par l'autorité de surveillance sont insignifiantes. Greenpeace considère que cette position est irresponsable. Dans les faits, l'IFSN cautionne une augmentation des risques d'accident dans les dernières années de service de la centrale.
"En capitulant devant les arguments économiques de BKW SA, l'IFSN expose la population à un danger nucléaire croissant", déclare Florian Kasser, responsable du nucléaire pour Greenpeace Suisse. "L'autorité de surveillance revient sur certaines de ses exigences initiales, comme par exemple la construction d'un second approvisionnement en eau de refroidissement résistant aux séismes. Les mesures acceptées aujourd'hui font office d'alibi, mais ne permettent pas de garantir un niveau de sécurité suffisant jusqu'au dernier jour d'activité."
Le Parlement doit imposer une sécurité croissante
Le cadre légal manque de précision en ce qui concerne les conditions pour une exploitation à long terme des centrales nucléaires, notamment les exigences de sécurité, ainsi que les critères pour la mise à l'arrêt. Ce n'est toutefois pas une raison justifiant que l'IFSN n'impose pas les normes de sécurité les plus restrictives.
Compte tenu des prochaines délibérations du Conseil des états sur la Loi sur l'énergie nucléaire (LENu), Greenpeace exige de l'IFSN qu'elle démontre aux parlementaires la nécessité d'imposer une sécurité croissante aux réacteurs vieillissants. "Si la chambre haute imposait l'obligation de sécurité croissante dans le concept d'exploitation à long terme, ce que le Conseil national à échoué à faire, cela permettrait de clarifier la situation et d'imposer des critères plus stricts.
Mathias Schlegel
Porte-parole


Nouvelle volonté politique de développer les énergies renouvelables en Inde. Le Janata Party veut renforcer l'indépendance énergétique et politique de l'Inde.

NEW DELHI: India’s new government anticipates that by 2019 at least one light bulb in every home will run on solar power, Bloomberg news agency has reported.
With 400 million Indian citizens unable to access electricity, new Prime Minister Narendra Modi is keen to harness the power of solar energy. Over the past three years the production cost of the alternative energy has dropped 61% in India, making it an attractive alternative to fossil fuel.
“We look upon solar as having the potential to completely transform the way we look at the energy space,” explained Narendra Taneja, convener of the energy division of Modi’s Bharatiya Janata Party.
(la suite de l'article sur:)




RECORDS DE CHALEUR DEPUIS 1880.

Les 10 premiers   mois de 2014, dont le mois d'octobre, ont été les plus chauds depuis 1880, selon la NOAA.     Bernard Antoine Rouffaer    21.11.2014

« The combined average temperature over global land and ocean surfaces for October 2014 was the highest on record for October, at 0.74°C (1.33°F) above the 20th century average of 14.0°C (57.1°F).
The global land surface temperature was 1.05°C (1.89°F) above the 20th century average of 9.3°C (48.7°F)—the fifth highest for October on record.
For the ocean, the October global sea surface temperature was 0.62°C (1.12°F) above the 20thcentury average of 15.9°C (60.6°F) and the highest for October on record.
The combined global land and ocean average surface temperature for the January–October period (year-to-date) was 0.68°C (1.22°F) above the 20th century average of 14.1°C (57.4°F). The first ten months of 2014 were the warmest such period on record. »


EFFICACITE ENERGETIQUE

« La Commission européenne a lancé des procédures d'infraction contre 24 pays de l'Union européenne, dont la France et l'Allemagne, pour les pousser à transposer la législation européenne sur l'efficacité énergétique dans leur droit national d'ici le 22 septembre. »  La Tribune  11.8.2014


« L'UE vise une réduction de 20% de la consommation annuelle d'énergie primaire en Europe d'ici à 2020. La Commission a proposé plusieurs mesures visant à accroître l'efficacité à tous les stades de la chaîne énergétique: la production, la transformation, la distribution et la consommation finale. Les mesures sont axées sur le transport public et les secteurs du bâtiment, où le potentiel d'économies est le plus important. D'autres mesures comprennent par exemple les compteurs intelligents (qui encouragent les consommateurs à mieux gérer leur consommation énergétique) et l'étiquetage clair des produits. »    Commission Européenne


ORGANISATION DE LA MOBILITE URBAINE

La capitale finlandaise a dévoilé, il y a quelques jours, un plan de mobilité ambitieux pour réduire sa congestion automobile. L'idée est d'instaurer à Helsinki un système de mobilité à la demande, tellement performant, bon marché et flexible, qu'il rendrait désuet l'utilisation de véhicules privés. Une innovation annoncée d'ici 2025.
Selon The Guardian, les autorités finlandaises misent sur une application pour smartphone qui permettrait aux gens d'acheter leur moyen de déplacement en temps réel.
Le programme devrait être simple d'utilisation (il suffirait d'entrer un point de départ et une destination) et combinerait tous les moyens de locomotion : vélos et voitures partagés, ferries, taxis et transports en commun. Bref, un éventail d'options qui, bien coordonné permettrait de concurrencer le coût de la voiture privée. 
Un projet ambitieux qui devrait s'inspirer très largement de "Kutsuplus", un service de minibus innovant déjà mis en place à Helsinki. Depuis un an, il permet à ses utilisateurs, grâce à une application pour smartphone, de choisir leur point de départ et leur destination. Leurs demandes sont regroupées via un système qui calcule alors le meilleur itinéraire pour satisfaire chacun d'entre eux.
Davantage de détails sur The Guardian.
C. Biourge      15.7.2014



«  ... Le WWF et Pro Solar ont Le WWF et Pro Solar veulent taxer le courant "sale"lancé lundi une pétition en faveur d'une taxe de 10 centimes par kWh sur l'électricité issue d'énergies non renouvelables afin de faire pression sur les Chambres fédérales. » 16.6.2014

HYDROLIENNES

Potentiel de l'hydrolien dans le monde et en Europe : « L'Ifremer évalue le potentiel exploitable à 450 TWh/an dans le monde, dont un peu moins de 10 % en Europe, de quoi alimenter de 6 à 8 millions d'habitants et remplacer 12 réacteurs nucléaires. Selon EDF, la France est le second gisement européen après le Royaume-Uni (60 % du potentiel contre 20 % pour l'Hexagone), réparti entre la Bretagne et le Cotentin. ... Toutefois, seulement une vingtaine de sites dans le monde présentent des conditions de courant optimales pour en accueillir. » Donc 120 réacteurs nucléaires en moins. « Au 31 mars 2014, 435 réacteurs sont en exploitation dans 31 pays différents dans le monde (dont une centaine aux États-Unis  et 58 en France) pour une puissance installée totale de 372 gigawatts nets ; par ailleurs 72 réacteurs sont aussi en construction. »   BAR


« FRANCFORT (Reuters) - Des responsables de BMW et de Tesla Motors se sont rencontrés mercredi pour discuter des moyens de promouvoir l'usage de voitures électriques qui pour l'heure souffrent, aux yeux du public, d'une autonomie limitée et de temps de recharge des batteries trop longs. ...  Daimler détient 4,3% du capital de Tesla, qui lui fournit déjà des moteurs électriques et des batteries pour sa Smart Fortwo électrique et sa nouvelle Mercedes-Benz Classe B électrique.
En janvier toujours, Tesla et la Deutsche Bahn [DBN.UL] ont ouvert des bornes de rechargement à grande vitesse le long de grandes autoroutes allemandes. »


E'MOBILE

« L’association suisse des véhicules électriques et efficients s’occupe depuis sa fondation en 1980 de la promotion et de l’aide à la commercialisation de véhicules électriques. En tant que société sans but lucratif, elle bénéficie d’une haute crédibilité.
Avec la création du Centre suisse de compétences pour véhicules électriques, e’mobile renforce ses activités dans le domaine des véhicules électriques et hybrides.
Les collaborateurs du centre disposent d’une large expérience dans le domaine de la mobilité électrique. En cas de nécessité, ils font intervenir des spécialistes externes. Ils peuvent s’appuyer sur un vaste réseau de contacts nationaux et étrangers, construit depuis de longues années par l’activité dynamique de l’association e’mobile.
Le centre travaille en étroite relation avec des fabricants de voitures et de composants, avec les autorités et des institutions publiques, des hautes écoles et d’autres organismes scientifiques, ainsi qu’avec l’état, les cantons et les communes. Il représente une source d’information indépendante et neutre en regard des produits et marques, et il est particulièrement apprécié des médias. Il met en relation les fournisseurs, les partenaires potentiels et les spécialistes en Suisse et à l’étranger, et représente une plateforme d’échanges d’expériences.
Les activités principales du CSVE sont :

- Premier guichet pour les questions relatives aux véhicules électriques
- Site internet avec entre autres une bibliothèque virtuelle pour les partenaires
- Organisation de manifestation d’essais de véhicules, séminaires et workshops
- Conseils lors de l’élaboration de concepts et stratégies de pénétration de marché
- Suivi de projets pilotes de développement »


« Le PDG du groupe [TESLA], Elon Musk, souhaite favoriser le développement des véhicules électriques en laissant ses brevets être librement utilisés.
«Nous croyons que Tesla, les autres constructeurs de véhicules électriques et le monde gagneront à avoir une plateforme commune de ces nouvelles technologies qui évoluent très vite», conclut-il. »   AFP   13.6.2014



VEHICULES ELECTRIQUES

400 000 voitures hybrides et électriques vendues aux USA pendant les 8 premiers mois de 2013. Dont 15 000 Chevrolet Volt, 14 000 Nissan Leaf et 12 350 Tesla. Je rappel aux critiques que l'on obtiendra pas de système durable sans que tous les maillons de la chaîne de transport ne soient passé à l'électrique renouvelable, de la centrale électrique productrice, au début, au véhicule, en fin de chaîne.  BAR