ORBIS TERRAE    |     home
                                                  
STRATEGIE: actualité

Europe, Proche-Orient, même combat...

Le Liban au prise avec les groupes armées sunnites radicaux venus de Syrie et semant leurs métastases dans le pays. Ersal est un petite bourg sunnite libanais, à la frontière syrienne, à 124 km de Beyrouth, qui a accueillit de très nombreux réfugiés syriens. D'abord sous contrôle, la situation a échappé complètement aux autorités libanaises, ce qui a conduit l'armée nationale à se déployer dans la zone, mettant en fuite les éléments armés sunnites qui s'en étaient rendu maître. Un certain nombre de soldats libanais étant tombés aux mains de jihadistes sunnites, s'est engagée une suite de tractations visant à organiser un échange avec des prisonniers sunnites radicaux capturés par les autorités libanaises dans la ville de Tripoli, à Nahr el-Bared, en 2008, combattants radicaux pris à la suite de violents combats avec l'armée.
L'article de Fady Noun (L'Orient-Le Jour) met bien en évidence la difficulté qu'il y a pour un État de droit à traiter avec des bandes armées. De même que la difficulté que l'on rencontre à détenir des prisonniers islamistes, ces derniers ayant finit, dans la prison de Roumieh, par faire de leur lieu d'emprisonnement un fief jihadiste autogéré. Europe, Proche-Orient, même combat...    
Bernard Antoine Rouffaer          19.2.2015       
http://www.lorientlejour.com/article/903685/la-guerre-defensive-contre-le-fondamentalisme-terroriste-sunnite.html



« Sortie de l'euro : que sait-on de la fin des unions monétaires ? »
Christophe Blot et Francesco Saraceno   19.5.2014          

Commentaire : Globalement, par rapport à la question de la fin de la zone euro, on en sait rien... L'expérience la plus proche dans le temps et la plus semblable économiquement étant l'éclatement de l'espace austro-hongrois après 1918. La complexité des situations, pays par pays, secteur économique par secteur économique, est trop grand pour autoriser une analyse acceptable des conséquences d'un implosion de la zone monétaire. « Le nombre et l'interaction de ces variables dessinent une multiplicité de scénarios qu'aucun économiste ne peut prévoir en toute bonne foi, et encore moins chiffrer.  » Les deux auteurs prévoient une cascade de recours en justice. Il affirment que l'euro étant une création politique, la sortie de l'un ou l'autre des pays intégrés sera de même une décision politique. Puisque les auteurs ont cité le sort de la zone économique austro-hongroise, je me permets de rappeler que la décision , pour chaque pays, de participer à la première guerre mondiale – facteur numéro un de l'effondrement austro-hongrois – fut aussi une décision politique...
Bernard Antoine Rouffaer              6.1.2015



« EN REGARDANT TOMBER KOBANE », C'est dans l'air, France 5, 14.10.2014
Transcription : Bernard Antoine Rouffaer

« La Turquie soutien DAECH ... encore aujourd'hui... » « DAECH est les mains et les bras de la Turquie. » Berivan Akyol  18h00
« Les Turcs sont pris à leur propre double-jeu. »  Antoine Sfeir   18h02
70 à 100 blessés reçus, par jour, dans les hôpitaux turcs de la frontière, selon un médecin turc.  18H05
En Syrie... « on a perdu 360 villages kurdes » [face à DAECH], selon un réfugié kurde syrien.
[La Turquie a:] « ...une politique très aventuriste en Syrie... »  Dorothée Schmid
Des centaines de camions d'armement et de matériel logistique envoyés à DAECH par le gouvernement Erdogan, selon Berivan Akyol.
« ...évidemment les Turcs se foutent de nous ... » général Vincent Desportes  18h20
« Les Kurdes sont les seuls à se battre contre DAECH sur le terrain. ... Si vous ne voulez pas envoyer des troupes au sol, envoyez des armes, les Kurdes sont sur le terrain, ils se défendront. » Berivan Akyol.



« L'arc islamiste contre l'Occident »  
C'est dans l'air    France5     22.8.2014

Premiers réfugiées chrétiens d'Irak en France. 500 000 déplacés sur place.
L'EEIL : « ...organisation qui a une vision apocalyptique des choses... » (Chef d'état-major US)
Yémen, Afghanistan, Mali, ...: pluie d'allégeances à l’État Islamique de la part de groupes et d'organisations islamistes et terroristes.
R. Jacquard : EEIL : une organisation hétérogène, composée de groupe très divers, potentiellement rivaux.
« Le grand bal des hypocrites » au Proche-Orient, à commencer par le Qatar, l'Arabie Saoudite, les USA, les pays européens, ... (F. Pons)
L'Occident doit «... parler franchement, en toute franchise... » au Qatar et à l'Arabie Saoudite sur la question du financement des éléments islamistes dans le monde. (F. Pons)
Une fatwa officielle saoudienne décrétant la guerre contre l'EEIL licite. (H. Abidi)
Hasni  Abidi : Il y a eu un autre émirat islamiste, en Algérie, qui a , finalement, disparu.
Libye : bientôt un État islamiste aux portes de l'Italie ?
« Il faut s'occuper très sérieusement... » des islamistes revenus en Europe après un séjour en Syrie. (
Des armes européennes livrées à l'Armée Syrienne Libre (non-confessionnelle) retrouvées aux mains d'islamistes. (H. Abidi)
K. Pakzad : Grâce à l'EEIL « ... les islamistes [du monde entier] ont un espoir. » 800 Français engagés dans la guerre d'Irak [avec l'EEIL], et 500 Britanniques, des Australiens, des Norvégiens, des Canadiens...
Angleterre : « Jihad John » ; 43 % des Britanniques favorables à une intervention armée contre l’État Islamique en Irak.
« 1500 Anglais » en Irak. (R. Jacquard)
R. Jacquard : Le grand danger : « ... une fraternité terroriste en Europe ... capable de faire des opérations suicides ... »
F. Pons, parlant des volontaires européens parti en Syrie : « ... des terres à prendre, ... le vrai jihad aux côtés d'Al-Bagdadi. »
F. Pons : « ... le Coran est générateur de violence ... les autorités musulmanes [en Europe] le savent et sont gênées... »



"Pourquoi bombarder les civils ?"
« ...Nul besoin de procéder à une coûteuse invasion sur le terrain ; il suffirait en effet de bombarder l'ennemi depuis les airs, afin de l'amener à se rendre. »         Ian Buruma
Une courte revue des causes et des effets de la guerre aérienne contre les agglomérations civiles. L'auteur omet de citer les bombardements britanniques contre Kaboul et Jalalabad, pendant la guerre anglo-afghane, en 1919, l'un des rares succès de la guerre de terreur aérienne.    BAR             8.7.2014


« Les plans du système israélien Iron Dome volés par des pirates informatiques chinois? »
Laurent Lagneau   31-07-2014


« Des drones spécialisés pour traquer les sous-marins.
La DARPA développe un arsenal impressionnant de drones de tailles différentes pour poursuivre efficacement et en toute discrétion, des sous-marins.»  21.7.2014   Erwan Lecomte


« La déconstruction des bâtiments de guerre en fin de vie
Cent mille tonnes au soleil »
jeudi 20 mars 2014, par Philippe Leymarie
« Plus de cent mille tonnes au soleil, dans les rades françaises, en attente d’un démantèlement – on préfère aujourd’hui parler de « déconstruction ». Mais plus question désormais, à l’heure du développement durable, « d’océanisation » – l’envoi par le fond, avec force « pétardage » (dynamite ou obus) – des bâtiments en fin de vie : la marine nationale se veut écologiquement vertueuse… »


LE BASCULEMENT MILITAIRE DANS LA CRISE UKRAINIENNE A T-IL EU LIEU A SLAVIANSK ET KRAMATORSK ?

"Analysis: a turning point in the Ukrainian conflict?
Nicholas de Larrinaga, London - IHS Jane's Defence Weekly
« The capture of Sloviansk and Kramatorsk in eastern Ukraine by Kiev's forces on 5 July marked a key symbolic turning point in the ongoing conflict there, yet its strategic importance is less clear.  ...
Although the Ukrainian military certainly have superiority over the rebels, the extent to which they could have easily captured either Sloviansk or Kramatorsk without a rebel withdrawal is far less clear.  »


« L’Ecole de guerre [France] organise en octobre un cycle de sensibilisation sur les problématiques de l'économie maritime et de la "maritimisation". Pour la première fois, cette formation sera ouverte à un auditoire élargi. Les chefs d’entreprises, les investisseurs et les cadres des administrations sont les bienvenus. »  13.7.2014


« Le F-35, un appareil pour tuer l'industrie aéronautique européenne»



Programme F-35

« Fin 2002, la Grande-Bretagne, les Pays-Bas, l'Italie, le Danemark, la Norvège et la Turquie choisissent de monter en tant que partenaires dans le programme JSF? au détriment d'un choix européen (Rafale, Eurofighter ou Gripen de Saab). « De 6000 exemplaires à 50 millions de $ pièce à l'origine. Beaucoup moins pour beaucoup plus à la fin.


l'Ukraine, la Russie, l'Europe, les USA et le TTIP...

Et voila le prix du soutient américain à l'Europe face à l'offensive russe : juste une petite signature au bas du traité TTIP. « Car le traité transatlantique qui est sur la table est bien plus que le véhicule d'un développement des échanges et des investissements dont le potentiel est en réalité déjà saturé : 60 % des actifs des sociétés américaines dans le monde sont en Europe, et cette part ne va plus augmenter.  ...  ...le TTIP est une entreprise de rapprochement des normes non seulement industrielles, mais aussi sociétales en matière de protection des données, de liberté individuelle, de normes sociales. » Vive le poulet à la javel, le boeuf aux hormones, les bons produit sains aux OGM, la libre collecte de données et la marchandisation de la culture... « La liberté n'est pas gratuite » nous rappel le bon Barak. Et faire appel à l'aide us parce qu'on est pas capable de faire face soi-même aux crises militaire n'est pas gratuit... Un excellent article de Florence Autret.  Bernard Antoine Rouffaer     10.4.2014


L'ARME DU GAZ RUSSE ENRAYEE.

 Un jouet cassé ! Voila qui est frustrant. Problème moscovite numéro 1: Comment couper le gaz à l'Ukraine, rebelle au prestige et à la puissance russe, sans atteindre, par ricochet, le riche marché européen...  Car les Européens, échaudés par la crise de 2008, se sont déjà un peu organisés pour réduire l'impact d'un blocus russe. Ils pourraient donc s'engager plus avant encore dans cette voie, et faire perdre à la Russie une part plus grande encore du gâteau. Problème moscovite numéro 2 : Comment convaincre les Chinois, vers lesquels on veut exporter le gaz qu'on ne vendra plus à l'Ukraine, à se montrer accommodant dans les négociations sur les prix, alors qu'ils savent parfaitement que l'aigle bicéphale russe, à force de scier la branche sur laquelle il est majestueusement perché, va se retrouver avec trop de gaz sous les plumes...
Alexei Malachenko, parlant de l'Ukraine : « La Russie « peut perdre ce marché pour de bon. Et si on doit rediriger complètement notre gaz vers la Chine, ce seront les Chinois qui dicteront les prix », ajoute-t-il. »,
 Natalia Mitrova, citée dans le journal Vedomosti. « Mais la Chine est un négociateur difficile et ne manquera pas de profiter de la situation pour obtenir des avantages supplémentaires ».  
Bernard Antoine Rouffaer            11.4.2014


ARTILLERIE FINLANDAISE

Exercice de tir de l'armée finlandaise. Je suis tombé dessus en me renseignant sur l'Estonie. (A première vue, ce sont des 152mm H55 (D20), l'obusier servant de cible, un autre 152mm). Pour les non-initiés, le nuage de fumée n'est pas l'essentiel. Ce qui tue sont (surtout) les centaines d'éclats d'acier qui traversent l'air autour du point d'impact.